Vous devez installer Flash

édition du 19 janvier 2012

Archives

Vous devez installer Flash

L'objectif budgétaire est de : EETC
Source : DDE


: 1378 fans
: 1231 abonnés
: 245 membres

1. SUIVI DU CONSEIL DE GESTION DU
17 JANVIER 2012

Avant de vous présenter le compte rendu du conseil de gestion cité en rubrique, permettez-nous de vous mentionner que le Décret 1302-2011 concernant l'émission de lettres patentes instituant une école supérieure sous le nom de Télé-université et l'annulation des lettres patentes supplémentaires accordées à l'Université du Québec à Montréal est disponible en cliquant ICI (ainsi que sur notre Intranet, pour référence ultérieure).

Ceci dit, le Secrétariat général désire vous faire part des dernières décisions du conseil de gestion. Ainsi, lors de la 68e réunion régulière du conseil de gestion tenue le 17 janvier 2012, il a été résolu :


Me Julie Carle
Secrétariat général

Retour au sommaire

2. SIGNATURE D'UN PROTOCOLE D'ENTENTE ENTRE LA CSRDN ET LA TÉLUQ

C’est sous l’emblème de la pomme* que s’est déroulé mardi dernier, à Saint-Jérôme, le lancement officiel du cours « Enseignement efficace », dans le cadre de l’entente entre la TÉLUQ et la Commission scolaire de la Rivière-du-Nord.


Le professeur Mario Richard a captivé l’auditoire en racontant les origines du cours, dont les premiers balbutiements remontent à des recherches scientifiques réalisées dans les années '60, fort intéressant…

Martin Noël, le directeur de l'enseignement et de la recherche a, quant à lui, su mettre l'entente en contexte et donner quelques chiffres éloquents sur la TÉLUQ. Une belle façon d’apporter profondeur et crédibilité au partenariat.

L’entente est d’une durée de cinq ans et 29 participants forment la première cohorte d'enseignants qui se sont inscrits pour la journée d’accueil ce jeudi. La formation vise les enseignants du primaire, du secondaire, de la formation professionnelle et ceux œvrant avec les élèves en difficulté d'apprentissage et d'adaptation.

Plusieurs collègues ont contribué à la réalisation de ce beau projet, dont plus particulièrement Esther Dorval, de l'Unité d'enseignement et de recherche Éducation, André Bélair et Émilie Kawun, des Services d'édition, ainsi que Steve Bissonnette de l'UQO, qui a agi en tant que professeur associé pour le développement du cours.

De plus, quatre conseillères pédagogiques de la Commission scolaire assureront l’encadrement du cours, accompagnées par Bernard Michaud. Un bel ancrage dans le milieu. Longue vie à ce partenariat et à tous les fruits qu’il portera.

*La pochette de presse remise aux participants était accompagnée d'une pomme du Québec bien croquante, rappel concret du fruit bien en vue sur la couverture du dépliant d'information « Cours en formation initiale et perfectionnement des maîtres ».

P. S. : on a même fait écho de cette bonne nouvelle dans un hebdomadaire de la région. À cet effet, cliquez ICI.


Chantale Jacques-Gagnon
Agente d'information
Direction de l'enseignement et de la recherche

Retour au sommaire

3. QUATRE POST-DOCTORANTS ACCUEILLIS PAR DIANE-GABRIELLE TREMBLAY AU COURS DE L'ANNÉE 2010-2011 PUBLIENT


Diane-Gabrielle Tremblay, professeure-chercheure à l'Unité d'enseignement et de recherche Travail, Économie et Gestion, nous informe que quatre de ses post-doctorants ont publié récemment.

Primo, Aline Chamahian et Diane-Gabrielle Tremblay viennent de publier Ces retraités qui deviennent « experts » : stratégie de recrutement et place de la formation dans la fonction publique, dans la revue Télescope.

D'autre part, Suzy Canivenc vient de publier une note de recherche sur L'autogestion dans la société québécoise, sur le site de la Chaire de recherche sur les enjeux socio-organisationnels de l'économie du savoir.

Également, Angelo Battaglia et Diane-Gabrielle Tremblay ont publié une note de recherche sur le travail effectué ensemble en 2011-12, et deux articles sont à paraître dans des revues scientifiques d'ici un ou deux mois. La note de recherche est sur le site de la Chaire de recherche du Canada sur les enjeux socio-organisationnels de l'économie du savoir.

Enfin, un post-doctorant de cette année, Marco Alberio, publie aussi une note sur le site de la Chaire de recherche du Canada sur les enjeux socio-organisationnels de l'économie du savoir : Education and social inequalities in the urban space : a french example.


Denis Gilbert
Bureau des communications et des relations publiques

Retour au sommaire

4. FONDATION DE L'UQAM - REMISE DE SIX BOURSES D'EXCELLENCE DE LA TÉLUQ

La Fondation de l’Université du Québec à Montréal et la TÉLUQ sont heureux d’annoncer les six récipiendaires des bourses d'excellence de la Télé-université pour le semestre d'automne 2011.


Madame Geneviève Breault
Étudiante au programme de DESS en santé mentale
Bourse de 3 000 $


Monsieur Jean-François Bonneau
Étudiant au programme de Baccalauréat en communication
Bourse de 1 000 $


Madame Mélanie Boulianne
Étudiante au programme de Baccalauréat en administration
Bourse de 1 000 $


Madame Sophie Brunet
Étudiante au programme de Certificat en administration
Bourse de 1 000 $


Madame Sonia Cotten (crédit pour photo : Isabelle Vanasse)
Étudiante au programme de Baccalauréat en communication
Bourse de 1 000 $


Monsieur Martin Destroismaisons
Étudiant au programme de Certificat en sciences sociales
Bourse de 1 000 $

Contribuer à la vitalité de la recherche et de la création, favoriser l'accessibilité aux études en bonifiant l'offre de bourses et établir des partenariats solides entre l'Université et la collectivité; voilà en quelques mots la raison d'être de la Fondation de l’UQAM.

Depuis sa création en 1976, la Fondation de l’UQAM amasse des dons auprès des diplômés et amis de l'université, de la collectivité universitaire, des fondations, des entreprises et des organismes publics afin que la mission d'enseignement, de recherche et de création de l'UQAM se perpétue.

Félicitations à nos six récipiendaires, à qui nous souhaitons tout le succès possible dans la poursuite de leurs études!


Guy Chamberland
Coordonnateur
Bureau des communications et des relations publiques

Retour au sommaire

5. PUBLICATION D'UN ARTICLE SCIENTIFIQUE POUR SEBASTIAN WEISSENBERGER, CHARGÉ D'ENCADREMENT



Sebastian Weissenberger, chargé d'encadrement à l'Unité d'enseignement et de recherche Science et Technologie, vient d'être publié dans la revue Biogeochemistry.

Écrit en collaboration avec Marc Lucotte et René Canuel, l’article de Sebastian Weissenberger traite des émissions de CO2 des réservoirs boréaux du Québec.

Les auteurs peuvent démontrer à l’aide d’indicateurs géochimiques, comme les rapports élémentaires et les signatures isotopiques, que la matière organique dissoute d’origine terrigène contribue significativement aux émissions de CO2 de ces réservoirs.

La comparaison des concentrations de matière organique dissoute de réservoirs et de lacs du Moyen-Nord québécois permet d’estimer la quantité de matière organique minéralisée dans les réservoirs.

Bien qu’elles ne soient pas nulles, les émissions de CO2 de réservoirs hydroélectriques sont nettement inférieures à celles de centrales thermiques. Il faut aussi noter que tous les réservoirs du Québec ne servent pas à produire de l’électricité.


Pour de plus amples détails, cliquez ICI.


Denis Gilbert
Bureau des communications et des relations publiques

Retour au sommaire

6. CHRONIQUE DE LA DRH

MOUVEMENTS DE PERSONNEL - 19 JANVIER

FÉLICITATIONS


Christine Martin, qui a obtenu le poste régulier à temps complet à titre de préposée à l’information à la Direction du recrutement à compter du 16 janvier 2012.


PERSONNEL REMPLAÇANT


Jean-Michel Bourget, à titre de technicien en informatique à la Direction des services d’édition à compter du 16 janvier 2012.



Juliette Yaméogo, à titre d’agente de secrétariat à la Direction des ressources financières à compter du 16 janvier 2012.


Nathalie Camiré

Direction des ressources humaines

Retour au sommaire

7. CHRONIQUE DE LA BIBLIOTECH@DISTANCE

NOUVELLE BASE DE DONNÉES EN SCIENCES HUMAINES

La Bibliotech@distance a acquis depuis le début de l’année 2012 un accès à Project Muse. Le « Project Muse » constitue une base de données de périodiques électroniques gérée par les presses de l’université John Hopkins en collaboration avec des éditeurs de presses universitaires. Elle donne accès à plus de 100 titres en texte intégral touchant essentiellement les sciences humaines et sociales, les arts et les mathématiques. La plupart des périodiques sont en anglais, mais vous pouvez en retrouver également dans d’autres langues, dont le français.

Project Muse est accessible, entre autre, via l’Outil de découverte sur le site web de la Bibliothèque@distance. Les articles de périodiques en texte intégral de ce nouveau produit seront également accessibles pour la recherche et le téléchargement à travers l’interface de recherche Google Scholar.


Marie-Josée Drolet
Bibliothécaire
Bibliotech@distance

Retour au sommaire

8. RAPPEL - LES JOURNALISTES EN ENVIRONNEMENT, TOUS DES ÉCOLOS? FRANÇOIS CARDINAL, ÉDITORIALISTE À LA PRESSE, AUX GRANDS COMMUNICATEURS LE 25 JANVIER

Les journalistes à l’environnement, admettons-le, sont souvent coincés entre l’arbre et l’écorce. Passionnés d’écologie, ils ne sont pas écologistes. Épris d’environnement, ils doivent éviter l’environnementalisme. Mais ils n’en sont pas moins appelés à défendre la nature par leurs enquêtes. Ils ont pour mandat d’informer la collectivité des agressions dont est victime l’environnement. Ils jouent le rôle de chien de garde.

Ce constat, qui se veut fort à propos, est celui de notre premier invité de l’année 2012 aux Grands Communicateurs, à savoir François Cardinal, éditorialiste au quotidien La Presse et chroniqueur aux émissions C’est bien meilleur le matin et Des kiwis et des hommes, à Radio-Canada.

Pour François Cardinal, qui a été reporter spécialisé en environnement pendant plusieurs années, « Aujourd’hui plus que jamais, la couverture de l’environnement s’apparente à celle que privilégierait un journaliste face à une menace nucléaire. On ne peut être en faveur d’une telle menace, pas plus qu’on ne peut être favorable aux changements climatiques. »

En effet, un journaliste qui couvre la santé ne peut se prononcer sur la privatisation du système. De même, celui qui écrit sur l’éducation n’a pas à choisir entre la pertinence ou non de subventionner les écoles privées, lorsqu’il est question de cette planète que nous habitons tous. Cependant, il est plus difficile d’appliquer cette même neutralité : pour ou contre l’air que nous respirons? Les espèces menacées? Les milieux humides?

À tout événement, que vous soyez féru de journalisme ou d’environnement (et pourquoi pas des deux?), vous aurez le privilège d’assister à une conférence de haut calibre, donnée par un communicateur de haut calibre, le mercredi 25 janvier, à compter de 19 h, sur place à Montréal ou encore par webcast partout dans le monde !

Le nombre de places étant limité, nous vous recommandons de réserver la vôtre pour Montréal ou pour la webdiffusion sur Internet, à partir de l'adresse URL suivante :

http://www.toile.coop/grandscomm/environnement/.

- 30 -

À propos de François Cardinal

François Cardinal est éditorialiste à La Presse et chroniqueur aux émissions C’est bien meilleur le matin et Des kiwis et des hommes, à Radio-Canada. Reporter spécialisé en environnement pendant plusieurs années, il a aussi été chroniqueur à La Vie en vert et Bazzo.tv, à Télé-Québec. Il est régulièrement appelé à commenter cet enjeu au cours de conférences, à la télévision et à la radio. Il est l’auteur des essais Le Mythe du Québec vert, publié en 2007, et Perdus sans la nature, récemment publié aux éditions Québec Amérique.


Denis Gilbert
Bureau des communications et des relations publiques

Retour au sommaire

9. LE CÉGEP@DISTANCE PUBLIE UN RAPPORT SUR UN ENVIRONNEMENT SOCIAL D'APPRENTISSAGE

Le Cégep@distance vient de mettre en ligne le rapport
L'utilisation des logiciels sociaux et de la visioconférence Web pour développer la présence sociale et favoriser la collaboration entre pairs en formation à distance. Ce rapport présente les résultats de la recherche et décrit l'expérimentation menée au Cégep@distance sur une période de deux ans avec la plateforme Osmose.

« Le Cégep@distance a pu expérimenter une nouvelle approche basée sur des applications associées au Web 2.0, applications qui gagnent en popularité, notamment auprès des jeunes. Dans la mesure où le Cégep@distance travaille à se doter d’un campus virtuel, l’expertise développée dans le cadre de ce projet pourrait être fort utile », affirme Denis Béliveau, conseiller pédagogique au Cégep@distance et auteur du rapport. 

Subventionnée par le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport dans le cadre du programme d’aide à la recherche sur l’enseignement et l’apprentissage (PARÉA) (PA2008-10), l’idée centrale de cette recherche était d’appliquer aux logiciels sociaux les principes du design pédagogique afin de mettre en place des interventions susceptibles de favoriser le développement de la présence sociale et de la collaboration entre étudiants, en vue ultimement d’accroitre la persévérance dans les cours.

Le rapport fait le bilan des deux phases du projet : la mise en place de la plateforme et l’expérimentation en tant que telle – qui a duré deux ans et qui a donné lieu à deux itérations – pendant laquelle des étudiants ont été inscrits dans un des trois cours offerts en version collaborative, soit Littérature québécoise, Communication anglaise, niveau 1 et Vision globale de l’entreprise. « La recherche nous a en outre permis de recueillir beaucoup d’informations sur les attentes et les préoccupations des étudiants. Encore une fois, ces données nous seront très utiles », conclut M. Béliveau.

Le rapport ainsi qu’un résumé en français et en anglais sont disponibles à cegepadistance.ca/osmose. On y trouve également des vidéos de témoignages d’étudiants.

Retour au sommaire

10. NOUVELLE TENDANCE EN ÉDUCATION - DES BADGES OU UN DIPLÔME?

Un article récent du Chronicle of Higher Education met en relief une tendance nouvelle en éducation : l’octroi de badges aux étudiants pour attester de l’acquisition de certaines connaissances ou habiletés. Le modèle rappelle évidemment les badges que l’on accorde, dans le mouvement scout, à celui ou à celle qui maîtrise une nouvelle technique ou qui accomplit une bonne action. En éducation post-secondaire, le phénomène se répand en particulier dans l’apprentissage en ligne, mais sans s’y limiter. On remarque qu’il touche non seulement les établissements d’éducation « ouverte », mais aussi des institutions prestigieuses. En décembre, le Massachusetts Institute of Technology annonçait la création de MITx. On sait que le MIT offre déjà gratuitement beaucoup de ses cours en ligne : désormais, les étudiants « libres » qui utilisent ce matériel pourront également se soumettre à des tests et examens en ligne et obtenir des attestations.

Le MIT s’associe, du même coup, à Open Study. Cette organisation favorise la formation de « groupes d’études » virtuels, formés d’étudiants appartenant à des institutions différentes et même à des pays différents. Un étudiant peut se voir décerner des badges pour son implication. De son côté, la John D. and Catherine T. MacArthur Foundation, qui finance des projets en éducation, a créé un programme richement doté afin d’aider les établissements post-secondaires à expérimenter avec les badges.

Bien sûr, les critiques du phénomène y voient une nouvelle preuve que l’éducation supérieure tend à devenir une « marchandise », susceptible d’être débitée selon les préférences du « client ». Il reste aussi à voir comment les employeurs et les ordres professionnels réagiront à la multiplication des badges. Si on considère le succès remporté par les grandes sociétés d’informatique, comme Microsoft, Oracle ou Cisco qui ont multiplié les « certifications »,  les employeurs apprécieront probablement le fait de pouvoir mieux cerner certaines compétences acquises par les étudiants.  Un diplôme classique de baccalauréat, de maîtrise ou de doctorat en dit beaucoup sur le parcours intellectuel d’un étudiant et ses connaissances générales, mais il ne révèle pas grand-chose de sa capacité à communiquer, à travailler en équipe ou à gérer des situations tendues. Il ne garantit pas non plus que l’étudiant maîtrise tel ou tel logiciel ou encore une seconde langue.

Le professeur David Wiley, de l’université Brigham Young, croit que les badges ne remplaceront pas les diplômes traditionnels, mais joueront un rôle complémentaire. C’est un point de vue que semblent partager plusieurs éducateurs de l’University of Southern California. Grâce à une subvention MacArthur, on y a créé un programme qui permet aux étudiants d’obtenir des badges pour du travail intellectuel ou pratique que ne reconnait pas le système traditionnel des crédits/cours. Sous la supervision des professeurs, les étudiants peuvent par exemple obtenir des « crédits spéciaux » pour le temps qu’ils consacrent à aider les autres étudiants ou en s’impliquant dans des projets communautaires.

Tout cela nous rappelle qu’un grand nombre d’étudiants sont prêts à donner spontanément et bénévolement de leur temps pour aider d’autres étudiants, chose que facilite désormais le web social.   Les badges ne sont qu’un moyen supplémentaire d’encourager la chose. 

À la TÉLUQ, les étudiants se sont librement retrouvés sur une page Facebook pour s’entraider. En outre, l’AÉTÉLUQ a fait des représentations auprès de la Direction générale afin que
l’ « implication étudiante » soit désormais reconnue, y compris par l’octroi de crédits lorsque la chose se justifie. 

Comme le note Cathy Davidson, de l’université Duke, « nous vivons dans un monde où chacun peut apprendre ce qu’il veut, quand il le veut et où il le veut :  il est grand temps que notre système d’enseignement s’ajuste à cette réalité nouvelle. »

Retour au sommaire

11. LE MUSÉE D'HISTOIRE NATURELLE DE NEW YORK VA OFFRIR LE PH. D. ET LA MAÎTRISE ÈS SCIENCES

Longtemps figé, le monde de l’enseignement post-secondaire est secoué par des transformations rapides. Par exemple, les « universités d’entreprise » se multiplient. Au moins aux États-Unis, les universités « privées » et en-ligne ont connu ces dernières années une croissance phénoménale. En Ontario, des auteurs plaident pour la création d’ « universités d’enseignement » dont la mission serait limitée à accueillir des milliers d’étudiants fraîchement diplômés des high schools. Dernière nouveauté, des musées se pointent sur un terrain jusque-là réservé aux universités : la formation du personnel scientifique de haut niveau.

Le célèbre American Museum of Natural History offre, depuis peu, son propre programme de Ph. D. Le musée souhaite maintenant offrir un programme de maîtrise destiné à former chaque année environ 50 professeurs de science pour le secondaire. Les écoles de l’État de New York manquent de professeurs de science. C’est donc l’État qui va défrayer les frais de scolarité des étudiants. Ceux-ci recevront, en outre, une bourse annuelle de 30 000 $. En contrepartie, ils doivent s’engager à enseigner au moins quatre ans dans une des écoles de l’État, où ils seront affectés par le Board of Regents.

Toutes ces innovations ébranlent nos habitudes et nos certitudes. Certaines, bien entendu, sont vouées à l’échec : déjà, le « marché » est en train d’éliminer quelques universités privées qui n’ont pas pu assurer une formation de qualité et un encadrement solide aux étudiants. Mais toutes ces nouveautés devraient nous fournir l’occasion d’une réflexion sur nos propres pratiques et nos finalités.  Les façons de faire des universités traditionnelles répondent-elles pour le mieux aux besoins et aux attentes des étudiants d’aujourd’hui?

Retour au sommaire

12. NOUVEAU SITE POUR LE COLLOQUE DU REFAD 2012

Vous êtes invité(e) à visiter le nouveau site Web de ce colloque en présentiel et en direct sur Internet organisé par le Réseau d'enseignement francophone à distance du Canada (REFAD).

Vous trouverez entre autres sur le site de l'information concernant l'horaire détaillé; la conférence d'ouverture présentée par Denys Lamontagne (Thot Cursus); les présentations de pratiques d'évaluations sur le Web; les tables rondes; les ateliers sur les mesures favorisant l'intégrité des étudiants; les modalités d'inscription; des renseignements complémentaires; et un formulaire d'inscription.

Colloque des 3 et 4 mai 2012 : http://www.refad.ca/colloque_2012.html

Le formulaire d'inscription :
http://refad.ca/echanges2012_formulaire.html

*
Le partenaire principal de l’événement : oohoo.biz / filiale commerciale du Campus Saint-Jean; University of Alberta

* Les autres partenaires :

Avec la collaboration de la TÉLUQ, le colloque sera également diffusé en direct sur Internet.

Cet événement est possible grâce à un financement du Ministère du Patrimoine canadien.

Retour au sommaire

13. CONGRÈS PÔLE VERT DU RCIÉ DU 14 AU 16 MAI

Si vous êtes un chef de file dans le développement de l'ère numérique et que l’éducation novatrice, durable et flexible vous tient à cœur, venez à Canmore, en Alberta, pour le congrès Pôle vert du RCIÉ, qui se déroulera du 14 au 16 mai 2012. Que vous soyez un enseignant, un chercheur, un spécialiste des médias, un concepteur pédagogique ou un administrateur, Canmore, au cœur des Rocheuses canadiennes, est l’endroit où il faut aller en mai.

Le vert est à juste titre associé depuis longtemps à la protection de notre environnement. Comme vert est la principale couleur du monde et, selon certains, la source d’où « surgit la beauté [du
monde] » (Pedro Calderon de la Barca), il est logique que le vert soit associé à la guérison, à la fraîcheur, à l’endurance et à la sécurité.

Le thème Pôle vert, qui a été retenu pour le congrès du RCIÉ de cette année, nous invite à concevoir l’éducation d’une manière écologique : comme quelque chose que nous devons protéger afin d’offrir qualité, inclusivité et accès aux apprenants comme aux enseignants. Étant donné que le lien qui unit les membres du RCIÉ est l’utilisation de la technologie éducative dans des situations d’apprentissage, le congrès de cette année sera l’endroit où partager des pratiques, des résultats de recherche et des applications rattachés à au moins l’un des sous-thèmes suivants :

Notez que la TÉLUQ assurera une présence à cet événement par le biais de l'Université virtuelle canadienne.

Retour au sommaire

14. GUIDE DU TRAVAIL COLLABORATIF EN SITUATION D'APPRENTISSAGE À DISTANCE

Travailler à plusieurs à distance, ce n'est pas seulement communiquer et échanger comme il est d'usage sur Internet, y compris avec les nouveaux médias sociaux.

C'est l'une des raisons qui a poussé Isabelle Gonon, actuellement au Conservatoire des Arts et Métiers à Paris, à rédiger la première version d'un guide du travail collaboratif à distance.

Ledit guide est le fruit de plus de 10 ans d'expérience dans l'accompagnement d'étudiants distants et l'animation de communautés virtuelles d'apprenants.

Vous y verrez comment on collabore sur Internet, pourquoi et avec quels outils. On y développe plus particulièrement les conditions et les raisons du travail collaboratif en situation de formation, sans exclure toutefois les pratiques en situation professionnelle. Vous verrez que dans tous les cas, le travail collaboratif est affaire de partage des connaissances et d'apprentissage.

Pour en savoir davantage, cliquez ICI.


Denis Gilbert
Bureau des communications et des relations publiques

Retour au sommaire

15. À LA CONQUÊTE DES PUBLICATIONS ÉLECTRONIQUES?

Lecture sur écran, livres numériques, tablettes, liseuses…

Ces concepts, inconnus il n’y a pas si longtemps, révolutionnent le monde de la lecture et de l’édition.

Selon cet article, repris de l’Agence France-Presse par La Presse.ca, ils menacent même l’existence du livre papier.

Tous les détails disponibles ICI.


Denis Gilbert
Bureau des communications et des relations publiques

Retour au sommaire

16. FORCES AVENIR : LANCEMENT DE LA CAMPAGNE - PASSEZ LE MOT À LA COMMUNAUTÉ ÉTUDIANTE!

Honorer et  promouvoir l’engagement de la jeunesse* dans des projets porteurs, telle est la mission de ce concours qui accepte les candidatures jusqu’au 31 mars prochain.

Impliquant 75 partenaires publics et privés et rejoignant plus de
200 000 étudiants, Forces Avenir est établi au Québec depuis près de quinze ans. Plusieurs médias couvrent les événements qui y sont reliés, principalement le gala, pour donner la chance à des projets d’être connus du public et stimuler l’engagement dans le cœur des citoyens de notre société! De plus, des personnalités qui se sont démarquées font valoir leurs expériences : des modèles qui inspirent à chacun le goût de s’aventurer vers des terres inconnues pour faire une différence…

L’an dernier, Josephte Morin-Valade, une étudiante de la TÉLUQ, avait fait bonne figure en tant que finaliste dans la catégorie affaires et vie économique  pour son projet DIDAC-TIC 5, entrepreneuriat éco-humanitaire.  Plusieurs bourses sont rattachées au concours pour un total de 114 000 $.

N’hésitez pas à faire passer l’information auprès des étudiant(e)s éligibles.

* l’étudiant(e) doit être âgé(e) d’au plus 35 ans et étudier à temps plein.


Chantale Jacques-Gagnon
Agente d'information
Direction de l'enseignement et de la recherche

Retour au sommaire

Consultez les archives du Carrefour-30-

Copyright 2012